Logo ENAP
Connexion

7 juin 2019 Les Journées d'étude de l'ACDEAULF : perspectives croisées entre théoriciens, praticiens et gestionnaires au bénéfice des participants

L'ENAP et l'Université TÉLUQ étaient les hôtes de cet événement annuel de l'Association canadienne d'éducation des adultes des universités de langue française (ACDEAULF) les 5 et 6 juin à Québec.

Dans son mot de bienvenue aux participants en provenance de diverses régions du Canada, le directeur général de l’ENAP, Guy Laforest, s’est réjoui de cette collaboration avec l’Université TÉLUQ et de cette occasion de réfléchir, de « creuser des questions » et d’entamer un dialogue entre parties prenantes sur la transformation numérique, « la 4e révolution industrielle ».

Parmi les activités de ces journées auxquelles près de 80 participants provenant du milieu universitaire et d’organisations dédiées à la formation des adultes, soulignons une discussion entre experts animée par Pascal Waly Faye, de la Direction des services aux organisations (DSO). Dans ce panel, quatre professeurs d’université spécialisés en gestion des ressources humaines, dont Maude Boulet de l’ENAP, ont partagé leurs points de vue et leur expérience des impacts de la transformation numérique sur les organisations, le marché du travail et sur la formation continue.

De plus, dans le cadre d’un atelier créatif, animé par Annie Mercier et Sylvie Roy de la DSO, les participants ont pu réfléchir aux perspectives d’avenir de la formation continue universitaire et coconstruire un prototype inspirant. Dans le contexte actuel de transformation du marché de l’emploi sollicitant de nouvelles compétences, les participants ont convenu que la collaboration entre tous les acteurs est la clé pour mieux desservir les besoins de l’apprenant adulte et que les formateurs seront appelés à définir de nouvelles pratiques dans un futur rapproché.

Cette citation d’Alvin Toffler, auteur du livre à succès « Le choc du futur » (1970) résume de façon concise ce que les participants ont retenu des Journées d’étude : « Les analphabètes du XXIe siècle ne seront pas ceux qui ne savent ni lire ni écrire, mais ceux qui ne peuvent pas apprendre, désapprendre et réapprendre. »